• Clémence

Voyager au Guatemala : Les informations pratiques

Le Guatemala a été le second pays de notre tour du monde et nous avons eu la chance d’y barouder pendant 40 jours. Ces 5 semaines ont donc été l’opportunité de mieux appréhender le pays que ce soit au niveau des transports, de l’argent, des téléphones, … Bref nous profitons donc de cet article pour vous partager notre expérience qui pourra très certainement vous être utile si vous envisagez un prochain voyage au Guatemala.


Acheter une carte de téléphone (SIM) au Guatemala

Comme à notre habitude lorsque nous arrivons dans un pays, nous achetons une carte de téléphone (SIM). Comme nous vous en parlions ici, nos téléphones sont des alliés précieux dans l’organisation de notre voyage et si avoir des datas internet n’est pas une obligation lorsqu’on voyage, elles facilitent sans aucun doute la planification. Changement de pays et donc changement d’opérateur (ceci n’est pas vrai pour toute l’Amérique centrale qui a des opérateurs communs comme Claro), au Guatemala il y a deux opérateurs principaux Claro ou Tigo. Les deux opérateurs sont utilisés par les touristes et sont comparables donc le choix se fera surtout par rapport au premier que vous allez trouver.


Nous avons fait le choix de Claro (car c’est le premier magasin qu’on a trouvé). Nous avons pour habitude (quand c’est possible) d’acheter nos cartes téléphones dans des magasins officiels pour éviter de payer des coûts additionnels qui sont souvent appliqués dans les petites tiendas. Contrairement au Mexique nous avons eu besoin de notre carte d’identité. Le cout de notre carte en 2021 était de 15 Quetzal pour l’achat de la carte et nous avons pris une recharge de 100 Quetzal pour 8Gb de datas et utilisation illimitée des réseaux sociaux pendant 30 jours.


Pour les recharges vous pouvez ensuite soit vous rendre dans une tienda ou sur internet, sur le site officiel de Claro (ou Tigo) : https://www.claro.com.gt/


Où retirer de l’argent (cash) au Guatemala

Le Guatemala contrôle la sortie de monnaie de ses distributeurs et il est généralement impossible de retirer plus de 2000 Quetzal à un distributeur en une fois. Au niveau des frais nous avons une carte de banque qui ne prélève aucun frais sur nos retraits en devises étrangères cependant les banques guatémaltèques facturent la transaction. Le moins cher qu’on ait trouvé est via la banque 5G (distributeurs jaunes) où le montant est de 31.2 Quetzal (c’est cher mais on n’a pas trouvé mieux). Il semblerait que pour certaines banques européennes il soit possible de retirer dans les distributeurs BCE (ça ne marchait pas pour nous) et le montant maximum est de 2500 Quetzal avec des frais de l’ordre de 36 Quetzal.


Petite astuce que l’on n’a pas essayée car on n’est pas du tout patient (et que les Guatémaltèques adorent faire la file à la banque) : il semblerait que l’on puisse retirer gratuitement au guichet avec son passeport et sa carte de banque (A confirmer donc, si quelqu’un en a fait l’expérience, c’est l’heure de se manifester)

Les moyens de transport au Guatemala : comment se déplacer ?

Globalement il y a 3 moyens de transports conventionnels au Guatemala à savoir les Uber, les Chicken Bus/bus locaux et les shuttles/bus privés.


Se déplacer en Uber

C’est le moyen à utiliser lorsque vous vous trouvez dans une grande ville. Nous avons beaucoup utilisé Uber à Antigua (notamment pour nous rendre à Guatemala City). Les tarifs sont vraiment donnés (compter 14€ le trajet Antigua – Aéroport de Guatemala City qui dure environ 1 heure de route) et évidemment c’est la sécurité d’être tracé par l’application. Il n’y a pas d’échange de cash et pas de négociation. Le Uber est donc une solution confortable quand elle est disponible.


Les Chickens Bus

C’est le moyen de transport typique du Guatemala. Ce sont en fait de vieux bus américains qui ont été personnalisés par leur nouveau propriétaire. Ils assurent des liaisons quotidiennes entre un point A et B avec des arrêts plus ou moins défini. C’est le moyen le moins cher et le plus typique pour se déplacer. C’est parfois un peu folklorique et il faut avoir le cœur bien accroché. Pour les trouver il suffit de vous rendre dans les gares des bus et ont vous indiquera lequel prendre. Ils n’ont pas d’horaire très précis donc il faut parfois attendre qu’ils se remplissent. Les tarifs sont, en théorie, fixes. Cependant demandez toujours le prix aux locaux plutôt qu’au chauffeur ou son copilote car la tradition veut que les touristes payent plus cher. Nous avons dû parfois nous disputer pour payer le tarif correct et non nous faire arnaquer donc ne vous laissez pas faire ! A noter que, pour des raisons que nous ignorons, certains bus ne vont pas jusqu’à la destination prévue. Il est donc possible qu’il vous débarque sur le bord de la route en vous demandant d’attendre le prochain bus. Si cela vous arrive, pas d’inquiétude, les expériences que nous avons vécues, bien que troublantes la première fois, se sont toujours bien terminées !


Dans certaines régions les Chicken bus n’existent pas, ce qui nous amène donc à la troisième option !


Les shuttles / Bus privés au Guatemala

Les shuttels et bus privés desservent principalement les lieux touristiques. Ils ont l’avantage d’être rapides et plus confortables que les chickens bus mais l’inconvénient d’être beaucoup (beaucoup) plus cher. Nous avons pris un shuttle pour rejoindre Rio Dulce depuis Antigua car la route est longue et qu’en Chicken Bus un stop à Guatemala City est obligatoire. Nous avons acheté nos tickets dans une des nombreuses agences touristiques d’Antigua. N’hésitez pas à négocier et à comparer les prix car cela peut varier du simple au double pour le même trajet.


Une bonne technique de négociation est de bluffer en disant que le concurrent vous a donné un prix très bas. Il nous est arrivé plusieurs fois de donner des prix ridicules qui ont finalement été acceptés car l’agence voulait absolument être la moins cher. Bref lancez-vous !


Enfin il existe des bus de nuit sur certains tronçons spécifiques. Ils sont de tarifs comparables au shuttle et bien pratique car ils vous font économiser une nuit d’hôtel. De nouveau, comparez les prix (à la gare des bus et avec les agences qui ont parfois des combines avec le chauffeur). Nous avons pris le bus de nuit entre Florès et Antigua et ça s’est super bien passé pour nous. Nous sommes passés par une agence et avons payé un prix identique à celui proposé à la gare des bus pour faire Flores-Guatemala city alors que nous allions jusqu’en Antigua.


Le Stop au Guatemala

Pour les plus téméraires le stop peut aussi être une option. Nous ne l’avons pas expérimenté mais avons rencontré plusieurs personnes qui voyageaient de cette manière et qui n’ont pas eu de problèmes particuliers.


Sécurité au Guatemala : Est-ce vraiment le pays le plus dangereux du monde ?

Sur nos 5 semaines au Guatemala nous ne nous sommes jamais sentis en insécurité, cependant ce sentiment est à clarifier. En effet, nous sommes restés sur le parcours touristique classique car lorsque nous avons voulu sortir des sentiers battus, on nous a rapidement déconseillé de le faire pour cause d’insécurité justement …


Le Guatemala n’est donc pas le pays le plus sécurisé du monde, et les mesures de prudences sont plus que nécessaires. Si sortir le soir n’est pas un risque dans les centres touristiques (Antigua, Florès, San Pedro, …), on vous conseillera de ne pas trainer trop tard dans les rues de Guatemala City ou Quetzaltenango.


Renseignez-vous toujours sur les balades et randonnées que vous envisagez de faire car certaines sont déconseillées pour cause de vol. Nous avions par exemple voulu grimper le volcan San Pedro qui nous a été très fortement déconseillé. La seule personne qui nous a raconté l’avoir faite, s’est faite braquée pendant la randonnée … C’est un exemple parmi d’autres que nous avons reçu !

Enfin dans les bus soyez prudents avec vos affaires, car nous avons aussi eu échos de vol même si heureusement cela ne nous est pas arrivé.


En conclusion, on dirait que même si nous ne nous sommes jamais sentis en insécurité, le sentiment de prudence était de mise continuellement. C’est parfois un peu fatiguant et surtout frustrant de ne pas pouvoir partir découvrir des endroits qui doivent pourtant être superbes. Pour le reste RAS de notre côté, notre voyage s’est déroulé sans encombre.


Santé au Guatemala

Le système de santé au Guatemala est plus que limité en dehors de la capitale donc assurez vous de partir avec une bonne assurance santé. On vous met d’ailleurs notre lien d’affiliation Chapka qui vous permet d’obtenir 5% de réduction sur votre assurance voyage !


A part un petit Covid, nous n’avons pas été malade au Guatemala. Concernant l’eau, celle du robinet est bien entendu non potable cependant nous avons toujours brossé nos dents avec et n’avons jamais eu aucun problème. Nous la buvions aussi de temps en temps à l’aide de notre gourde filtrante HumaGreen (profitez d’une réduction de 15% ici avec le code LCDM15).


Il y a aussi de nombreux moustique au Guatemala donc n’hésitez pas à bien vous protéger à l’aide d’un répulsif. A part sur la côte Pacifique (vers El Paredon), ceux-ci ne transmettent à priori pas la Malaria !


Trouver un logement au Guatemala

C’est très facile et nous utilisions principalement Booking via IGRAAl qui nous rapporte un cash back de 4% sur chaque réservation. Avec le lien ici, gagnez 10€ eu lieu de 3€ à votre inscription, qui est 100% gratuite et sans engagement !


Sinon les logements sont de manière générale tout à fait convenables. Comme à notre habitude nous dormions dans les hotels/hostels premiers prix. Les prix sont de l’ordre de 18€ à 20€ la nuit à deux en chambre double. Enfin la bonne nouvelle c’est que contrairement au Mexique où s’était souvent galère, au Guatemala nous n’avons jamais eu de problème avec l’eau chaude.


Le Guatemala : nos impressions

Si le coup de cœur que l’on espérait avec le Guatemala n’a pas eu lieu, nous en gardons néanmoins un excellent souvenir. Le pays est magnifique, les Guatémaltèques accueillant et le pays regorge de sites à visiter (ne pas rater l’Acatenango, Antigua, Livingston et Tikal). Si notre sentiment est plus mitigé que celui pour le Mexique, c’est principalement à cause de la pollution omniprésente et le sentiment de prudence vis-à-vis de la sécurité qui est constant ! Un autre facteur à prendre en considération est la durée des déplacements qui malgré des distances relativement courtes, deviennent rapidement des expéditions d’une journée…


Et comme une vidéo vaut toujours mieux que de grands discours, on vous laisse ici notre FAQ sur le Guatemela où nous abordons toutes les questions qui nous ont été posées !


Épingle ces photos pour retrouver cet article plus tard !

Clique sur ces photos pour les épingler sur ton Pinterest et retrouver cet article plus tard !

0 commentaire