• Quentin

Voyager en Sibérie : Irkoutsk

"La Sibérie et la Mongolie ?", il faut bien avouer que nos familles ont été un peu déboussolées lorsqu'on leur a annoncé la destination de nos prochaines vacances. Pour ce voyage nous avions envie de vivre une aventure différente, loin du flot de touristes et de se déconnecter de notre vie de citadins occidentaux. L’idée de partir là-bas a été prise après avoir vu le film basé sur l’histoire de Sylvain Tesson « Dans les forêts de Sibérie ». Ce voyage a été une découverte inoubliable et une occasion unique de faire un saut dans le passé. On vous raconte tout ici :


Notre première expérience russe a en fait commencé bien avant le départ lors de notre demande de visa. En effet, tous les citoyens issus de l’Union Européenne ont besoin d’un visa peu importe la durée de leur séjour. Sur papier ce n’est pas censé être très compliqué à obtenir pourtant on a quand même bien galéré pour obtenir nos entrées (on vous détaille notre épopée ici).


Comment se rendre en Russie et Sibérie depuis l'Europe ?


Au niveau des connexions, la Russie est bien plus accessible que ce qu’on pourrait penser. Depuis Bruxelles, deux liaisons quotidiennes sont opérées par Aeroflot à destination de Moscou. Il y a aussi moyen de rejoindre Moscou via Istanbul avec Turkish Airlines qui propose souvent des tarifs avantageux. Une fois arrivé à Moscou il est facile de rejoindre les 4 coins du pays grâce aux nombreuses liaisons domestiques.


Pour notre part nous avons opté pour la solution la moins chère (et qui était aussi la plus pratique), à savoir un vol Bruxelles - Irkoutsk avec une escale à Moscou effectué par Aeroflot. Alors bien que cette compagnie a eu mauvaise réputation pendant des années, sa réputation s’est bien améliorée depuis le rachat de la société par l’Etat Russe.


Nous quittons donc Bruxelles vers 23h pour un vol d’environ 3h30 à destination de Moscou. Une escale de 3h plus tard et nous embarquons pour notre second vol d’une durée de 4h30 à destination d’Irkoutsk. Les avions sont modernes, on a de l’espace et la nourriture est comparable à ce que l’on trouve d’habitude. On arrive comme prévu en fin d’après-midi à Irkoutsk. Pour notre part on aura donc vécu un voyage agréable et sans problème, pour nos bagages c’est par contre une tout autre histoire …


Avant le départ nous avions lu sur plusieurs blogs que les valises avaient une tendance à prolonger leur séjour dans la capitale russe lors des escales. On confirme que ce n’est pas qu’une légende urbaine.


Lorsque nous arrivons autours de l’unique tapis à bagages de l’aéroport d’Irkoutsk on comprend vite que la vrai expérience russe c’est pour maintenant. Des montagnes de valises s’empilent les unes sur les autres autours du tapis. Lorsque les bagages de notre avion arrivent on remarque rapidement sur les étiquettes que ce sont des sacs qui étaient censés voyager sur le vol de la veille.


Premiers pas en Russie et perte des bagages à l'aéroport de Moscou


Entrée de l'auberge Baikale Hostel à Irkoutsk en Sibérie
Entrée de l'Auberge du Baikaler Hostel

C’est un peu la cohue et nous comprenons rapidement que nous avons peu de chance de repartir avec nos sacs. C'est alors que l'on remarque deux dames complètement dépassées par les événements qui distribuent des petits papiers aux passagers de notre vol (le guichet de perte des bagages n'existant semble-t-il pas dans cet aéropott). On ne comprend pas grand-chose à ce qui se passe vu que personne ne parle anglais, mais on se décide à faire pareil et prendre ce fameux papier (rien de plus rassurant que de faire le mouton).


Quelques minutes plus tard on se résigne à rejoindre notre auberge. On se retrouve donc devant l’entrée de l’aéroport avec nos sacs de cabine et ce petit bout de papier où il est gribouillé on ne sait pas quoi en cyrillique. Pas de doute l’aventure commence. Même si on aurait préféré une arrivée plus calme, on relativise et se décide à suivre un chauffeur « de taxi » qui va nous conduire au Baikaler Hostel (l’une des auberges les plus réputées de la ville pour les backpackers : plus d'info sur l'hostel)


Que faire, Voir et Visiter à Irkoutsk et où dormir ?


Eglise dans le centre de Irkoutsk en Russie
Eglise à Irkoutsk

Le premier trajet en voiture est tout aussi épique que l'épisode des bagages. A peine sur la route on s’aperçoit qu'en Sibérie les gens ont le volant à gauche ... ou à droite. Il semblerait que chacun fait selon sa préférence (on n'a pas réussi à percer ce mystère en tout cas). L'auberge est à environ 20 minutes de voiture de l'aéroport et on peut dire que rien que sur le trajet nous nous sommes tout de suite sentis dépaysés : retour dans les années 80 au beau milieu de l'URSS. Il fait gris, il y a des trous gigantesques au milieu de la route, les bâtiments sont en bois et en taule, et les voitures ont pour beaucoup au moins notre âge ...


On arrive donc à l’hôtel comme prévu. Ce qu’on avait moins prévu c’est que le gars qui nous a embarqués n’était pas un taxi officiel (enfin on l’avait un peu vu venir mais après l’épisode des bagages on n’avait pas envie de traîner 3 heures devant l’aéroport). La discussion a été animée lors du payement mais on ne s’est pas laissé démonter et on a pu limiter le montant de l’arnaque à l’arrivée. A partir de ce moment on a décidé de ne plus prendre de chauffeur de taxi mais de se déplacer avec Yandex le Uber russe qui fonctionne très bien.


Le Baikaler Hostel est situé dans le centre de la ville et peut accueillir une vingtaines de voyageur dans plusieurs chambres de 4. L'endroit est propre et la réceptioniste super sympa. Une fois arrivé on fait l’inventaire de ce qui nous reste comme affaires. Finalement on ne s’en sort pas trop mal. Il faut dire que Clem avait eu le nez fin en me conseillant de mettre le strict minimum de vêtements dans mon petit sac au cas où. Alors même si le fameux « cas où » ne se présente pas souvent, je dois bien avouer que j’étais content de l'avoir prévu ...


On finit la journée par une rapide balade. On ne peut pas dire qu’Irkoutsk soit une belle ville (comme on a pu le lire dans). Même s’il y a de jolies églises, de beaux bâtiments communistes et quelques maisons typiquement sibériennes en bois, on ressent clairement l’atmosphère industrielle qui entoure la ville (notamment le long de la rivière Angara où de nombreuses usines crachent des fumées bien noires). Il faut dire que le temps pluvieux et froid renforce cette ambiance mais on est heureux comme tout car finalement le dépaysement c’est ce qu’on est venu chercher et puis on y trouve un certain charme.



On finit notre visite éclair par un premier repas dans un restaurant italien pas loin de notre auberge. Pas des plus typique mais après la journée intense on n’a pas eu la force de s’attaquer au cyrillique des menus.


On ne s’éternise pas au restaurant et retournons à notre auberge. Demain nous quittons Irkoutsk pour rejoindre Olkhon sur le légendaire lac Baikal.


Suivez la suite de nos aventures ici


#Russie #Irkoutsk #Sibérie

0 commentaire