• Clémence

Oaxaca de Juarez : découvrir la capitale de l’artisanat mexicain

La ville d’Oaxaca de Juarez est probablement notre deuxième ville coup de cœur au Mexique (après San Cristobal de las Casas dans le Chiapas) ! Ici, la ville est vivante, frémissante (peut-être un peu trop au niveau de la circulation mais bon, on ne peut pas tout avoir) et surtout colorée. Quand vous vous plongez dans une guide de voyage, ils ne manquent pas d’expressions grandiloquentes pour vous vendre cette ville et bien sachez qu’ils ont raison : cette ville classée au patrimoine de l’humanité ne déçoit personne (on n’est pas a une exagération près, mais vous avez compris l’idée) !


On vous a aussi rédigé un article plus global sur notre itinéraire dans la région d'Oaxaca. vous pouvez le trouver ici.

Couple devant les ruines de Monte Alban en Oaxaca
 
1 - Oaxaca : informations pratiques 2 - Que faire à Oaxaca de Juarez 3 - Visiter une Palenque de Mezcal à Santiago Matatlan 4 - Découvrir les secrets de fabrication des Alebrijes à San Martin Tilcajete 5 - Admirer la poterie noire de Coyotepec 6 - L'art du tissage de tapis à Teotitlan Del Valle 7 - Déambuler dans le marché de Tlacolula 8 - Randonner autour des chutes pétrifiées de Hierve el Agua 9 - Découvrir l'arbre le plus grand du monde à Tule 10 - Visiter les ruines zapotèque de Monte Alban 11 - Notre avis sur Oaxaca et ses environs
 

Oaxaca de Juarez : informations pratiques

Comment arriver à Oaxaca de Juarez ?

Si vous arrivez de la côte pacifique (Mazunte ou Puerto Escondido) vous avez 2 possibilités : soit vous payer le prix fort pour du confort et une très longue route en prenant un bus OCC/ADO qui emprunte la route principale (~600 pesos – 10h30 de trajet), soit vous faites comme nous et vous prenez le colectivo qui traverse les montagnes : ayez l’estomac bien accroché, mais la vue est splendide : ne le faites surtout pas de nuit, vous ne dormirez pas et vous raterez l’essentiel (250 pesos – 7h de trajet)


Si vous arrivez de Puebla ou Mexico : prenez le bus, mais soyez intelligent et ne prenez pas le bus OCC/ADO qui vous facture un prix exorbitant. La compagnie Au est nettement moins cher et tout aussi confortable (440 pesos avec AU – 5h30 de trajet)


Où loger à Oaxaca de Juarez ?

Pour les backpackers

Comme d’habitude, le logement pose question. On vous partage donc 2 logements que nous avons eu l’occasion de tester en tant que backpackers (avec nos avis sinon c’est pas rigolo) et un logement que nous avons visité mais qui n’avait malheureusement plus de place !

  • Casa el Mundo : des prix raisonnables et des chambres propres et confortables. Le rooftop sur le toit est sympa, mais le fait que l’accès à la cuisine soit « déconseillé » le soir, parce que la cuisine est derrière le bar, nous a un peu refroidit. Cela dit, l’endroit est chouette (bien que très mal isolé, comme d’habitude au Mexique, donc habituez-vous au bruit et n’oubliez pas vos boules quies) et finalement, le barman très sympa.

  • Hostel El cielo : alors là, on y a débarqué un peu par hasard et on est super contents d’y avoir fait halte une semaine ! C’est une vraie auberge de backapckers, avec des propriétaires très gentils et de supers équipements : un bar, une piscine, des dortoirs et des chambres doubles ou familiales, un wifi fonctionnel, une cuisine, bref tout ce qu’il faut ! Le petit plus : vous n’êtes pas obligé de consommer leurs boissons au bar, vous pouvez amener les vôtres. Les prix sont un petit peu plus cher, mais restent raisonnables (200 pesos le lit en dortoir, 600 pesos la chambre double). Nous y avons fait de superbes rencontres, on n’a aucun regret ! Par contre, si vous cherchez du calme, ce n’est peut-être pas le lieu idéal, optez plutôt pour la Casa El Mundo alors !

  • Hostal Azul Cielo : S’il y avait eu de la place, nous aurions été là sans hésiter ! Réputée comme l’une des meilleures auberges de la ville, les prix sont compétitifs, et les prestations à la hauteur. Nous avions été la visiter, mais à moins de changer de chambre chaque nuit (et même d’hotel une nuit), ce n’était pas possible pour nous d’y séjourner… Bref, ils sont souvent full alors si vous savez que vous passez à Oaxaca, anticipez !

Hostal el Cielo

Pour les budgets plus larges :

On vous partage également la Casa Mamita : ce logement est beaucoup moins roots et tellement beau ! On s’y serait bien arrêté (mais bon, comme d’hab, ça ne rentrait pas dans le budget tour du monde, oups) Nous vous le recommandons chaudement, simplement pour la beauté du lieu mais surtout pour la gentillesse de leurs propriétaires : Elisa et Nicolas. Nous avons eu le plaisir de passer plusieurs moments avec eux et ils vous partageront tous leurs bons plans pour découvrir la ville, avec de l’authenticité puisqu’Elisa est né à Oaxaca. On vous conseille cependant de ne pas réserver sur Airbnb (vous savez bien, les fameux frais en plus…) et de contacter Elisa et Nicolas via leur page facebook ou leur instagram : Destination Oaxaca.


Où manger à Oaxaca de Juarez ?

Alors là, vous ne serez pas déçu car Oaxaca, c’est la capitale de la gastronomie mexicaine. Si nous avons été un peu déçus de la nourriture du pays, on ne peut pas en dire autant à Oaxaca de Juarez !

Ici, vous trouverez de la street food partout (encore plus qu’aileurs) et honnêtement c’est très bon et super copieux ! Attention par contre, demandez bien les prix à l’avance, nous avons parfois été surpris …

On vous recommande aussi 2-3 bonnes adresses parce que sinon, il sert à quoi cet article hein, on vous le demande ?

  • Tacos Don Roy : Ca ne paie pas de mine, mais c’est ici qu’Elisa et Nicolas nous ont emmené manger pour notre dernière soirée à Oaxaca ! Je peux vous dire que j’y ai mangé les meilleures gringas de tout mon séjour au Mexique et Quentin n’a pas été déçu de ses tacos non plus ! Et le tout à des prix plus que démocratiques.

  • Le Marché du 20 novembre : alors ici c’est LE lieu où aller manger au moins une fois (et figurez-vous que finalement nous, on n’a pas eu le temps et on le regrette !!). Vous prenez votre panier, vous choisissez les viandes que vous souhaitez griller, puis vous allez au stand d’à côté choisir vos accompagnements, et ainsi de suite. Après, tout le monde s’attable et on partage ! Franchement on a été y faire un tour et nous bavions devant tout ce qu’il y avait à découvrir ici, alors ne faites pas comme nous : prenez le temps de vous y arrêter !

  • Masea Trigo y Maiz : LA meilleure boulangerie d’Oaxaca, sans hésitation. On vous dit ça, mais on ne les a pas toutes testée, on est donc complètement impartial comme vous pouvez l’imaginer ahah. Les locaux eux-mêmes la recommande, alors que dire de plus pour vous convaincre ? Ah si, vous êtes à côté du temple de Domingo alors : achetez-vous un petit quelque chose à déguster et profitez de la vue sur le temple, avec un peu de chance vous apercevrez un peu de folklore local. Honnêtement ici tout est fait à base de farine de maïs (beurk me direz-vous, mais non !!) mais c’est incroyablement bon !

  • Pour manger une bonne glace, il faut aller à « Neveria la Oaxaqueña » à côté de la plaza de la danza.

  • On nous a également chaudement recommandé le restaurant « Las Quince Letras » pour goûter aux spécialités de la région (et notamment les 7 moles oaxaquenos) mais on n’a pas eu le temps de s’y aventurer…

Que faire à Oaxaca de Juarez ?

Le centre historique de la ville est vraiment impressionnant, avec de nombreux édifices magnifiques et beaucoup de marchés ! Vous y trouverez également de nombreuses galeries d’art et d’artisanat locaux, et c’est vraiment génial d’en parcourir les allées. On vous a donc fait une petite liste (non exhaustive évidemment) des possibilités de la ville et une fois n'est pas coutume : vous vous rendrez vite compte que j'avais oublié que l'appareil photo existait dans la ville de Oaxaca ... On vous partage donc nos jolis clichés pris sur le fait avec nos téléphones, oups.


Le Tour « Curiosités Oaxacañas » de Destination Oaxaca

Elisa et Nicolas vous emmènent parcourir le marché du 20 novembre et le marché Bénito Juarez en vous faisant découvrir les spécialités culinaires locales (quesillo, chapulines, mezcal, tejate,...) et en vous fournissant plein d’informations et en vous racontant de nombreuses anecdotes sur la ville et sur la culture Oaxaquénienne. Elisa a grandit ici, elle vous fournira donc pleins de petits détails qui rendront la visite encore plus intéressante ! La visite dure environ 2h et on vous conseille de la faire au début de votre séjour afin qu’ils puissent vous donner tous les petits tips pour que votre séjour soit encore plus inoubliable. Prix de la visite : participation libre – à vous de décider ce que vous souhaitez leur donner à la fin.


Parcourir le centre historique

Si le Zocalo est plutôt impressionnant et frémissant, n’oubliez pas de vous perdre dans les rues alentour pour goûter l’ambiance du lieu. On pense notamment au temple Santo Domingo de Guzman dont la décoration intérieure est plutôt somptueuse, mais n’hésitez pas à vous aventurer dans l’ancien couvent reconverti en musée et dans le jardin botanique. Il parait qu’ils valent vraiment le coup, mais nous avons malheureusement manqué de temps pour y pénétrer (pourtant nous avons passé une semaine à Oaxaca, c’est dire qu’il y a des choses à faire dans la ville et ses environs) !

Il existe aussi un free walking tour dans le centre-ville (on vous le renseignera dans toutes les auberges de jeunesse) : on ne l’a pas fait, mais les avis sont généralement très positifs !


Il faut aussi parcourir les quartiers adjacents au centre-ville qui regorgent de beautés architecturales (notamment un bon nombre d’églises et de jardins) et de boutiques d’artisanat. On pense notamment à la galerie Huizache Arte Vivo de Oaxaca, qui regroupe de nombreux artisans.


N’oubliez pas de simplement vous balader dans la ville, vous aurez peut-être la chance, comme nous, d’assister à une Caldera : la fête traditionnelle donnée à l’occasion d’un mariage. Les invités sont tous en tenues traditionnelles, et des marionnettes géantes des mariés défilent dans la ville, dès la sortie de l’église. Ajoutez-y la musique et l’ambiance est garantie ! Elles sont très fréquentes sur le parvis du temple Santo Domingo qui est également un lieu de fête et de rassemblement.


Découvrir le Street art de Oaxaca

Si vous aimez le street art, c’est dans le quartier de Jalatlaco (au nord-ouest) qu’il faut aller se balader : vous ne serez pas déçus ! On n’a fait qu’y passer en transport et donc nous n’avons pas eu le temps de nous y arrêter pour prendre des photos, mais le lieu vaut le détour.


Parcourir les différents marchés de la ville

Il ne faut bien sur pas non plus rater les marchés de la ville : mais pour ça, on vous renvoie évidemment au tour avec destination Oaxaca pour découvrir le Marché Bénito Juarez et le marché du 20 novembre, car pour nous, c’est vraiment LE meilleur moyen de les comprendre et de les vivre pleinement. En plus des deux marchés proposés par le tour, vous pouvez aussi allez vous perdre (par vous-même) dans le marché de l’artisanat José Perfecto Garcia ou encore dans le marché de la Merced.


Les musées d’Oaxaca de Juarez

La ville regorge également de musées, mais avec les restrictions covid, c’était compliqué au niveau des horaires et on n’y a donc pas mis les pieds. Conclusion : on ne peut pas vous donner notre avis. Par contre, on en avait repéré plusieurs donc on vous met notre sélection avec les infos pratiques :

  • Le jardin botanique et le musée de la culture dont on vous a parlé plus haut (50MXN visite guidée en espagnol du jardin + 80MXN pour le musée de la culture)

  • Le centre culturel Don Pablo et le musée des textiles (gratuit – à réserver à l’avance).

Point de vue et sunset sur Oaxaca

L’auditorium surplombe la ville offrant une vue imprenable. Ici, les populations indigènes alentours se regroupent à l’occasion d’une grande fête qui a lieu mi-juillet. On nous a également dit que le sunset de là-haut était incroyable mais qu’il fallait faire attention car le lieu craint un peu le soir : conclusion, on a éviter de s’y aventurer à ce moment-là, mais si vous le faites en taxi, il n’y a pas de risque normalement.


Que faire autour de Oaxaca de Juarez ?

Boire du mezcal dans un tonneau roulant

La région d’Oaxaca ne serait pas ce qu’elle est sans son fameux alcool : le mezcal ! Un incontournable est donc d’aller visiter une Palenque de Mezcal (comprenez : une fabrique de mezcal).


Le mezcal c’est quoi ?

C’est un alcool, fabriqué à base du cœur de l’agave (aussi appelé Maguey). Le cœur de l’agave, appelé piña est récolté lorsque l’agave à entre 7 et 30 ans et peut peser jusqu’à 60 kilo. Une fois récoltés, ces cœurs sont cuits autour d’un four en pierre pendant 24 à 48h, puis ils seront écrasés via une meule et ensuite le jus récolté sera distillé 2 fois afin d’obtenir un alcool entre 35 et 55°. Vous l’aurez donc deviné : boire du mezcal, ca pique un peu la gorge !


Coeurs d'agave à Oaxaca au Mexique
Meule et cheval écrasant des coeurs d'agaves

Comment se rendre dans une palenque ?

En réalité, ce n’est pas compliqué et vous n’aurez pas besoin de prendre un tour pour y aller ! Le village spécialisé dans le mezcal c’est Santiago Matatlan (même si vous trouverez de nombreuses palenque à travers l’état) : on vous conseille donc de vous rendre dans le village et de choisir la palenque qui vous plait le plus (on vous suggère la Palenque Mal de Amor par exemple). Pour arriver à Santiago Matatlan prenez le bus depuis le stade de baseball de Oaxaca jusque Tlacolula (20 pesos/p). De là, prenez un taxi colectivo en leur demandant de vous déposer directement à la palenque de votre choix dans le village (environ 20 pesos/p).


Palenque historia de mal de amor au Mexique

Quelle palenque de mezcal visiter ?

Nous avons choisi de visiter la Palenque Mal de Amor et on ne l’a clairement pas regretté : vous embarquerez dans un tonneau roulant, musique à fond, dans lequel on vous donnera les explications sur la fabrication de cet alcool, puis vous arriverez dans les champs d’agaves où vous aurez la chance de goûter au fameux breuvage à même la feuille d’agave (la tradition apparemment). A bord, c’est également mezcal à volonté alors préparez la gourde et mangez avant la visite, sinon vous n’en profiterez pas comme il se doit …


Groupe au milieu d'un champ d'agave au Mexique

S’émerveiller devant les Alebrijes de San Martin Tilcajete

Les alebrijes c’est sans aucune doute notre coup de cœur des alentours d’Oaxaca ! Il y a 2 villages spécialisés dans leur fabrication : Arroza et San Martin Tilcajete. Sur les conseils de locaux, nous avons préféré nous rendre à San Martin et nous ne l’avons clairement pas regretté !


Comment se rendre à San Martin Tilcajete ?

Depuis le centre de Oaxaca, prendre un colectivo Lineas Unidas pour 30MXN/p (on vous met un petit screenshot de la carte pour que vous repériez le lieu). Il vous déposera sur la grande route au croisement avec le village. Nous avons ensuite marché jusqu’au village, mais vous pouvez aussi prendre un tuktuk (environ 10MXN/p).




Qu’est-ce que c’est un Alebrije ?

Ça c’est compliqué parce qu’honnêtement, le mec qui a un jour imaginé les Alebrijes, il avait un peu fumé qu’on se le dise …


Un jour Pedro Linares, un artiste spécialisé dans le papier maché à Mexico city, tombe malade dans les années 1930. Lors de sa fièvre il rêve d’animaux fusionnés, fantastiques et colorés. Il décide alors de les sculpter en papier maché, et c’est ainsi que les premiers animaux mythiques sont nés. Plus tard, c’est Manuel Rimenez, un sculpteur originaire d’Arrazola, qui leur donne vie en les sculptant dans du bois de copal : les alebrijes sont ainsi nés. Ils sont ensuite peints à la main, avec une multitude de couleurs et de détails, qui rendent vraiment l’œuvre splendide.


Loin de là donc l’idée que cette culture est ancestrale : les alebrijes comm on les connait sont nés dans les années 1980 et leur création est entièrement tournée vers le tourisme. Cependant, ce sont des œuvres d’art magnifiques et on vous avoue qu’on a eu beaucoup de mal à ne pas craquer pour en ramener une avec nous …


On nous a d’ailleurs expliqué que, à partir de notre date de naissance, ils pouvaient calculer notre alebrije : c’est généralement la fusion de 2 à 4 animaux. Il y a toujours un animal qui nous accompagne dans notre vie « de vivant » et l’autre qui nous emmènera dans notre « vie d’après ».


Pour ceux qui ne visualisent toujours pas ce que sont les alebrijes : on vous conseille de regarder le dessin animé Coco ! Tous les fameux animaux fantastiques que vous découvrez dans le monde des morts (et Dante le chien également) sont en fait des versions adaptées des alebrijes : plutôt jolis non ?



Quel atelier d’Alebrijes choisir ?

En arrivant au croisement, vous découvrirez déjà plusieurs atelier d’Alebrijes, dont un des plus connu directement accessible sur la route principale. De notre côté, nous avons choisi d’écouter les recommandations qui nous avaient été faites et nous nous sommes enfoncés assez loin dans le village pour rejoindre l’atelier Inspiracion de mi Vida (ici leur site web : oaxacainspiraciondemivida.com ). Nous avons été très bien accueillis, avec un petit verre de mezcal pour commencer bien sûr, et des explications très fournies (et en anglais, ce qui est rare par ici !).



Ils nous ont également proposé de découvrir quel serait notre alebrijes à nous ! On a décidé de quand même vous partager les résultats 😉


Quentin : l’opossum (la sécurité, la protection et la chance) + le cerf (la fortune et la passion).

Clémence : l’aigle (la bravoure et la noblesse) + le cerf (la fortune et la passion).


Comme vous pouvez voir, on a beaucoup de chose en commun … Le fait qu’on soit né à 4 jour d’écart le même mois de la même année, joue surement sur notre représentation semblable en alebrijes 😉


Bien sur la visite est gratuite, et nous avons ensuite passé plus d’une heure à admirer les centaines d’œuvres qu’ils exposent. Cependant n’oubliez pas qu’ici, le pourboire est de mise… Nous avons donné 50 MXN/p pour l’accueil et les explications, et nous avons quand même rapporté un petit souvenir à la maison : une petite boule de Noël en mode alebrije.



Où peindre son alebrije ?

Si nous avons adoré l’atelier inspiracion de mi vida qui produit de véritables œuvres d’art, ils ne nous ont pas proposé de peindre notre propre alebrije. Cependant, nous avions repéré, sur le coin de la route là où le colectivo nous avait déposé, un petit artisan (chez Benito & Airiny) qui le proposait. Pour 150MXN/pers, nous avons chacun peint un gros tatou (on y a passé plus d’une heure). Benito et Airiny sont gentils, accueillants et ont une petite fille adorable. Ils nous ont d’ailleurs expliqué qu’ils s’étaient fait cambriolé plusieurs fois tous leurs stocks d’alebrijes, des années de travail, et qu’ils commençaient seulement à parvenir à le reconstituer …



La poterie noire de San Bartolo Coyotepec

Encore une chose pour laquelle le temps nous a manqué, mais il est également possible d’aller découvrir la poterie de la ville de Coyotepec. Ce village s’est spécialisé dans l’artisanat, et utilise donc les particulités de sa terre, pour obtenir des poteries splendides (vous en verrez sur tous les marchés de Oaxaca), de couleur noire.

Sur le chemin, il y a également moyen de découvrir l’ancien couvent Santiago Apostol à Cuilapan de Guerrero.


Pour y aller, il faut prendre le même colectivo que celui pour San Martin Tilcajete mais s’arrêter 12 km avant, à Coyotepec !


Découvrir l’art du textile à Teotitlan del Valle

Ici autour d’Oaxaca, chaque village à SA spécialité. Et celle de Teotitlan c’est : la fabrication des tapis de laine, à l’ancienne bien sur !

On vous invite donc à aller découvrir ce petit village et à vous aventurer dans une fabrique de tapis : il y en a plein, vous trouverez toujours une famille ravie de vous accueillir.


Eglise de Teotitlan del Valle au Mexique

Comment arriver à Téotitlan del Valle ?

De nombreuses auberges proposent des tours pour arriver à Teotitlan. De notre côté, nous avons simplement pris le bus local en direction de Mitla (11MXN/pers) qui nous a déposé sur la grande route au croisement vers Teotitlan. De là, vous pouvez prendre un tuk-tuk pour 10MXN/pers pour rejoindre le village (nous on a marché puis on a été pris par un gentil mexicain en 4x4).


Quel atelier de tissage visiter ?

Nous avons choisi d’aller visiter la fabrique de Josefina Rugs et nous n’avons clairement pas été déçus ! Ils sont super accueillants et vous présentent avec amour leur travail. L’épouse, vous montrera comment elle obtient les différentes déclinaisons de couleurs pour colorer la laine, elle vous expliquera aussi les différents types de laines et comment elle les file. L’époux quant à lui, vous fera une démonstration de tissage sur leur grande machine à tisser à la main, vous serez vraiment impressionnés de leur travail. En plus, leur tapis sont incroyablement beaux, et si on avait pu, on s’en serait clairement acheté un à faire livrer chez nous à notre retour !



De plus, baladez-vous dans la ville, autour de l’église (qui est vraiment jolie et impressionnante avec ses anciennes pierres zapotèques) et si vous êtes là un lundi, profitez de l’ambiance du marché durant la matinée.


Marché du lundi de Teotitlan Del Valle au Mexique

Le marché de Tlacolula et son impressionnante chapelle



Sur la route de Mitla, un peu plus loin que Téotitlan, vous arriverez à Tlacolula. Ici, le marché a lieu tous les dimanches et il parait qu’il vaut vraiment le détour, surtout pour la quantité de nourriture qu’on peut y découvrir. Il parait, parce que nous, bien sûr, on n’a pas regardé les jours, et on a été un lundi (en combiné avec Teotitlan, du coup, on a fait celui de Teotitlan, mais ce n’est clairement pas le même gabarit apparemment…).


Par contre, on vous jure que vous ne serez pas déçu par la chapelle del Señor de Tlacolula : à l’intérieur, vous serez surpris par les dorures, mais aussi par les œuvres limites gores ahaha.


Les chutes pétrifiées de Hierve el Agua

Les chutes pétrifiées de Hierve el Agua sont situées à proximité de Mitla (enfin c’est tout de même encore 1h de taxi/pick up sur une route de terre). Formées par des sources saturées en minéraux (calcium et sodium entre-autre), d’énormes colonnes pétrifiées se déversent du haut de la falaise vers la vallée. Le panaroma depuis le sommet est magnifique et il y a de beaux bassins aménagé où se baigner et une jolie randonnée à faire dans la vallée.


Se rendre à Hierve el Agua

Prendre le bus local en direction de Mitla (20 MXN/p) devant le stade de base ball d’Oaxaca. A l’arrivée à Mitla, soit vous prenez le pick up (75 MXN/p par trajet) soit vous prenez un taxi (à 4, entre 80 et 100 MXN/p selon les chauffeurs). Si vous arrivez tôt (comme nous) en prenant un taxi, négociez avec lui et demandez lui de vous attendre (3h sur le site c’est l’idéal pour faire la rando et se baigner après). On ne l’a pas fait, et à 11h15, les premiers pick ups colectivos arrivaient seulement. Seul hic : ils attendent d’être au moins 10 pour repartir … Autant vous dire que le premier n’allait pas rentrer avant 14h ! Bref, on a attendu longtemps, alors que notre taxi nous avait proposé de nous attendre pour le même prix qu’à l’aller, on a été bête sur le coup, mais on apprend de ses erreurs et on vous partage le bon plan en échange 😉


Visiter Hierve el Agua

On vous conseille de venir tôt et de commencer par la randonnée. Nous sommes arrivées sur le site à 8h15, et nous n’avons croisé que 2 autres personnes. Il fait vite chaud, alors profitez des heures les plus fraiches pour marcher, et à votre remontée, vous serez ravis de vous baigner dans cette eau qui n’est clairement pas si chaude. La majorité des touristes arrive vers 10h15, vous avez donc quand même un peu de temps pour profiter de la quiétude du lieu.



Si beaucoup vous dirons que c’est un must do, on vous dira qu’on a aimé mais que c’est beaucoup de route et compliqué pour y accéder et que du coup, si vous avez peu de temps, on ne se concentrerait pas là-dessus à votre place.


Sur la route de Hierve el Agua

Sur le chemin du retour, quand vous repassez par Mitla, vous pouvez également en profiter pour aller visiter les ruines de Mitla ! Elles sont connues car elles possèdent encore certaines parties colorées et de nombreuses tours gravées avec une incroyable précision. Nous sommes arrivés trop tard pour y aller, mais sachez qu’ils ont instauré un quota de 200 pers/jour avec le covid. Entrée : 40 MXN/p.


Découvrir l’arbre le plus grand du monde à Tule

A Tule, se trouve l’arbre le plus large du monde : c’est assez impressionnant de toute ce qu’on a entendu … Le lieu se trouve à seulement une quinzaine de minute d’Oaxaca en transport public. Cependant, nous avons appris qu’en raison du covid, l’arbre était baché pour éviter la propagation du virus (oui cherchez la logique, un arbre, en plein air, est baché alors que les restos et les marchés sont ouverts, bref encore des règles covid à la mexicaine).


Visiter les ruines Zapotèques de Monte Alban

La cité de Monte Alban a été construite sur les hauteurs de l’état de Oaxaca. Allez savoir pourquoi, ils ont décidé de couper le sommet d’une montagne et d’y ériger une cité dans un lieu aussi inhospitalier où l’approvisionnement en eau potable a été un défit quotidien …


La cité a connu son apogée entre le 3ème et le 7ème siècle sous le joug d’un structure matriarcale (et oui, pour une fois, les femmes étaient au pouvoir 😉). Le site est encore mal connu et pas toujours bien compris, mais il semblerait que les zapotèques y soit pour beaucoup dans l’élaboration de certains calendriers. Bref ici, vous serez surpris : ce n’est pas le même genre de ruines que celles que l’on peut admirer dans le Yucatan.

Ruines de Monte Alban à Oaxaca au Mexique

Se rendre à Monte Alban

Plusieurs options s’offrent à vous, et je suis sympa je vous les décris :

  • Prendre un tour organisé qui inclus également la ville d’Arrazola et Coyotepec (ils en proposent au centre de Oaxaca et dans pratiquement toutes les auberges de jeunesse) : environ 300 pesos par personne, par contre ici, tout est chronométré et pas sure que vous profiterez vraiment des 3 visites …

  • Prendre un tour organisé, transport only : c’est l’option la plus fréquente. Il coûte généralement 90 pesos par personne (A/R) et part depuis l’hotel Angeles à Oaxaca de Juarez. Seulement on nous a annoncé une durée d’1h30 sur le site, on trouvait ça un peu court, donc renseignez-vous bien avant.

  • Le taxi : si vous êtes 4 (comme nous) l’option est intéressante ! Nous avons payé 150 pesos à 4 pour être déposés à l’entrée du site. Nous avons donc pris un taxi le plus tôt possible (pour être seuls sur le site, et parce qu’ils n’autorisent que 400 pers/jour à y entrer) Le seul hic : avec le covid les heures d’ouverture sont raccourcies 10h à 15h au lieu de 8h à 17h (encore d’une logique implacable : rassemblons plus de gens en même temps sur le site). Bref, on est arrivé à 8h et on a été bon pour atteindre 1h30 sur la route qui monte vers le site. Oui oui, vous avez bien lu sur la route : un petit monsieur vous empêche de monter jusqu’à l’entrée, vous devez faire la file sur la route, à côté de tous les shuttles. Bref, on a un peu fait le forcing et nous avons finalement réussi à atteindre l’entrée à 9h30. Pour 80 MXN/p (le prix officiel donc) nous sommes entrés à 9h30 et nous avons profité du site pour nous tous seuls, c’était plutôt kiffant et ça valait l’attente.

  • Dernière option : l’accès en vélo ou à pied ! La balade à pied commence aux alentours du village de Moctezuma et dure 1h30 jusqu’aux ruines. Si on avait su, on aurait peut-être choisi cette option là plutôt que d’attendre plantés comme des carottes au milieu d’une grande route.

Notre avis sur Oaxaca de Juarez et ses environs

La région d’Oaxaca de Juarez est clairement notre coup de cœur du Mexique ! Si on a préféré la ville de San Cristobal de las Casas à celle d’Oaxaca, on a préféré les milles possibilités que proposent les alentours de la ville de Oaxaca pour des excursions à la journée !


En une semaine, nous en avons pris plein les yeux, et on a testé plus de transports locaux que partout ailleurs au Mexique (ici, les bus, colectivos et shuttle abondent à tous les coins de rue et vous trouverez toujours quelqu’un pour vous emmener à destination).


En plus, la variété culinaire de la ville est impressionnante et il y a tellement de choses à goûter qu’on n’a jamais fini (à mon plus grand bonheur, puisque je ne fais que manger à ce qu’il parait !).


Bref vous l’aurez compris : si vous voulez de la variété autant dans les paysages que dans les types de visites, on vous conseille à 100 000 % l’état de Oaxaca, et on espère que vous allez aimer autant que nous !


Couple dans les bassins de Hierve el Agua au Mexique

0 commentaire