• Clémence

3 jours dans la capitale du Yucatan : Mérida et ses alentours

Etape incontournable du Yucatan, nous sommes partis à la découverte de la ville de Mérida et de ses alentours. Vivante, vibrante et colorée, cette cité coloniale offre tout ce dont on peut rêver pour une étape réussie au Mexique : bars, restaurants, visites culturelles, magasins, bref tout ce que vous pourriez rechercher (ou non).

Couple a Uxmal Mexique

La ville de Mérida : histoire et informations pratiques

Histoire

Anciennement nommée T’hó lorsqu’elle était encore considérée comme une ville Maya, Mérida à été conquise par les Espagnols, mené par le conquistador Francisco de Montejo. Ils rasent alors les nombreuses pyramides Maya qu’ils y trouvent, et édifie ainsi une nouvelle cité, se servant des pierres fraichement récupérées lors de la destruction des édifices. C’est ainsi que Mérida (aussi nommé « la ville blanche ») est née.


Mais pourquoi « Mérida » ?

Les premiers conquistadors lors de leur arrivée dans la ville Maya de T’hó y ont trouvé de nombreuses similitudes avec les vestiges de Mérida en Espagne. Cette nouvelle cité coloniale fut donc nommée en cet honneur. De nombreux conflits opposèrent longuement les « blancs » aux Mayas durant le 19ème siècle aboutissant à la mort de nombreux opposants.


L’âge d’or de Mérida

Grâce à l’exploitation massive de l’agave, utilisée pour la production de cordages, des tissus ou des tapis (et vous le découvrirez ailleurs au Mexique, mais l’agave a bien d’autres utilités plus festives #tequila), la région devient l’une des plus riches du pays. Malheureusement dès la moitié du XXème siècle, les fibres synthétiques font leur apparition, et l’exploitation d’agave diminuera peu à peu.

Centre ville de Merida

Comment arriver à Mérida ?

Capitale de l’état, la ville est plutôt très bien desservie et vous ne manquerez pas d’y arriver facilement.


En voiture

Le Yucatan n’est pas bien compliqué à ce niveau-là : quelques routes/autoroutes presque toutes droites relient les différentes villes et points d’intérêts sans que vous ne risquiez de vous perdre. Depuis Cancun, prenez la 180D (attention, c’est une route à péages) et vous arriverez directement jusqu’à Mérida, en passant par Valladolid et Chichen Itza. Ne soyez pas étonnez en arrivant et sortant des villes : les entrées sont toutes contrôlées par la police ou l’armée, vous y trouverez donc toujours quelques gardes armés regardant les automobilistes passer.

Rue de Merida

En transport en commun

Comme de nombreuses autres villes du Yucatan, Mérida possède plusieurs gares des bus, desservant les mêmes villes, mais offrant des trajets de bus de classes différentes.

  1. Si vous souhaitez voyager confortablement et que vous ne vous inquiétez pas des prix : nous vous conseillons de voyager en bus ADO (1ère classe). Vous pouvez même directement réserver vos billets sur l’application ce qui est un gain de temps considérable. Les bus sont très confortables (même plus que des avions) et possèdent même parfois une connexion Wifi. Le trajet de bus ADO Cancun-Mérida coûte en moyenne : … (sachez qu’il existe des promotions lorsque vous réservez parmi les premiers !).

  2. Si comme nous vous voyagez avec un petit budget, vous chercherez plutôt la station de bus réservée au bus de seconde classe : qu’on se le dise, ce n’est pas le grand luxe, mais ils sont relativement confortables tout de même, et petit plus : ils coûtent généralement la moitié du prix des bus ADO. LE seul inconvénient : vous ne trouverez jamais les horaires en lignes, ni les prix, il vous faudra vous rendre à la station de bus pour vous renseigner. Notre technique : dès que nous débarquons dans la ville à la station de bus, nous regardons les horaires et les prix pour notre prochaine destination (les horaires sont souvent identiques chaque jour). Impossible pour nous de vous citer toutes les possibilités de bus seconde classe, on ne les a toujours pas toutes découvertes, mais nous pouvons déjà vous citer Noreste (la station de bus se trouve calle 67 entre la calle 50 et la calle 52) ainsi que Caribe et Mayab, qui appartiennent en fait à ADO, vous devrez donc aller demander au guichet des stations ADO pour celles-ci. Attention, ils vont toujours vous conseiller le trajet en ADO. Demandez à voir leur écran d’ordinateur et regardez les différentes propositions : celles du haut de la page sont les bus de 1ère classe ADO, les bus de 2ème classe sont regroupés en dessous !

  3. La dernière solution de transport, qui est aussi économique que le bus de seconde classe et plus rapide, ce sont les colectivos. Le hic : c’est souvent moins confortable et vous n’aurez jamais un horaire très précis : ils partent quand ils sont pleins. De plus, chaque destination à son propre point de départ : il vous faudra donc vous renseigner auprès des locaux ou de votre hostel pour trouver l’embarquement pour votre destination. Sachez également que certains arrêts sont référencés sur l’application Maps.me, ça nous a parfois sauvé lors de notre voyage au Mexique ! (on vous a fait un article sur toutes nos appli indispensables en voyage ici).


Où loger à Mérida ?

Lors de notre séjour dans la ville, des amis nous avaient conseillé de loger au Nomadas Hostel, en plein centre de Mérida (10 minutes de marche du Zocalo) et on ne peut que vous conseiller de faire pareil. Les chambres sont simples (il existe également des dortoirs) mais vous y trouverez de l’eau chaude (même si pour la pression, on repassera) et, fait non négligeable, la climatisation ! Si l’hôtel vaut le détour c’est surtout pour sa localisation et ses communs : une piscine entourée de végétation luxuriante, de chaises-longues et de hamacs, ainsi qu’une cuisine aménagée nous permettant de cuisiner de bons petits plats et de diminuer encore un peu notre budget. Comptez 30€/nuit en chambre familiale.


Si vous souhaitez plutôt loger dans un hôtel de charme, on vous conseille de tester l’une des anciennes haciendas (comprenez : les anciennes exploitations agricoles) de la ville, aujourd’hui reconverties en hôtels.


Où manger à Mérida ?

Plutôt adeptes de la nourriture simple et des food markets, nous n'aurons pas beaucoup de gros restaurant à vous conseiller, mais plutôt des petits coins sympas.

  1. On commence tout de même par un restaurant : La Chaya Maya (on vous en parle plus loin dans la partie "que faire à Mérida". Des spécialités locales, dans chouette cadre et à des prix moyens.

  2. Le Mercado 60 : une sorte de food market, où vous pourrez choisir entre divers types de nourriture (burritos, tacos, burgers, pizzas, les choix ne manquent pas !)

  3. Les vendeurs du petit marché du parc de Santa Ana : de la nourriture 100% mexicaine, à des prix défiants toute concurrence !

Que faire à Mérida et dans ses alentours ?


Le centre-ville de Mérida

La ville en tant que telle, regorge de choses à découvrir, on vous conseille d’y consacrer au moins une journée ! Début de notre tour du monde, on était impatients de découvrir plein d’endroits et nous n’avons donc pas passé assez de temps à notre goût au milieu des ruelles de cette petite ville où il fait vraiment bon de se balader !

  • Parcourir les allées du marché municipal Lucas de Galvez : si vous voulez du dépaysement, c’est l’endroit où aller. Car si le centre-ville est assez touristique, dès que vous vous éloignez du zocalo (comprenez : la place principale) vers le sud de la ville, vous rentrez dans des quartiers plus authentiques où vous pourrez observer la vie des locaux, et ce marché en fait définitivement partie !

  • Profitez du free walking tour proposé par l’office du tourisme : c’est notre regret ! Comme nous souhaitions faire des excursions le matin, nous n’avons pas eu l’occasion de participer au walking tour et ainsi recueillir toutes les anecdotes sur cette cité à l’histoire plutôt riche. Départ tous les jours (sauf le dimanche, à notre grande déception …) à 9h30 sur la place principale (zocalo) face à l’office du tourisme. Tous les échos que nous en avons eu étaient vraiment bon : n’hésitez pas !

  • Profitez des multiples musées et visites gratuites de la ville : Musée des arts contemporains, Palacio del Gobierno (fermé pour COVID), le musée d’art populaire du Yucatan, La casa de Montejo, Grand musée du monde Maya (150MX et un peu excentré) … Bref les possibilités ne manquent pas et il y en a donc pour tous les goûts !

  • Se balader sur le Paseo de Montejo : ici, les somptueuses demeures coloniales s’enchainent sur plusieurs centaines de mètres, on y va donc pour se balader le nez en l’air et admirer l’architecture alentours.

  • Profiter de la vie festive et nocturne de Mérida : de nombreux spectacles de rue ou festivals sont organisés tout au long de l’année. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de l’office du tourisme. Nous avons particulièrement aimé le festival traditionnel donné dans le Parc de Santa Lucia durant notre séjour. Au programme : poésie, danse traditionnelle, Mariachis, orchestre, … que du bonheur pour une soirée réussie en immersion totale !

  • Goûter à la cuisine Yucatèque : le guide du routard (notre fidèle compagnon avouons-le) conseillait le restaurant « la Chaya Maya ». Ni une ni deux, on se dit, on teste. On se retrouve donc dans un restaurant moitié chic moitié cantine, avec des femmes en tenues traditionnelles préparant leur tortillas (ah, ils parlaient d’elles dans le routard). On a dégusté du pollo pibil et du poc chuc de pollo : beaucoup de saveurs en bouche, et des assiettes supers copieuses. Le petit défaut : comme d’habitude dans la cuisine mexicaine, on manque un peu de légumes … Bref, une bonne adresse qu’on conseille malgré des prix un peu plus élevés. On vous avoue qu’on a découvert le lendemain qu’il y avait deux restaurants Chaya Maya dans la ville à 200m d’écart et qu’en fait, le routard parlait de l’autre … OUPS, c’était une jolie découverte quand même alors pas de regrets (mais le cadre de l’autre était plus sympa, les prix un peu moins) !

Ville de Mérida

Izamal : 3 bonnes raisons de faire le détour

Si vous n’êtes pas encore au courant, au Mexique, il existe les Pueblos Magicos (ou villes magiques). C’est un label créé par l’état afin de mettre à l’honneur certaines villes pour différentes raisons : leurs traditions, leur architecture, leur gastronomie, etc. Et bien sachez qu’Izamal fut l’une des premières villes du Mexique à recevoir cet honneur !

Centre ville Izamal

Aussi nommée « la ville jaune », Izamal ne se trouve qu’à 1h de route de Mérida et pour nous, c’est clairement une visite incontournable. Si vous y mettez les pieds, vous comprendrez bien vite d’où lui vient son surnom : dans le centre-ville, peut importe où porte votre regarde, vous ne trouverez que des bâtiments peints en jaune (en plus ou moins bon état selon les endroits).


Mais pourquoi faire le détour pour découvrir cette ville ?

  • Tout comme Mérida, Izamal a été construite sur les ruines d’une cité Maya, mais dans une cohérence totale au niveau architectural et c’est ça qui nous a vraiment plu : comme nous l’avons dit plus haut : ici tout est jaune, mais ce n’est pas tout. Les bâtiments, les arcades, le Zocalo, le marché : tout cela offre une superbe harmonie et dégage une ambiance vraimentsolaire (oui c’est une analogie facile, mais on n’a pas d’autres mots pour le décrire …).

Centre ville Izamal
Centre ville Izamal
  • Pour visiter le couvent de Saint Antoine de Padoue : qui est, lui aussi (allez je suis sûre que vous l’avez) … : JAUNE ! On doit bien reconnaitre qu’avec les rayons du soleil qui se déversaient dans l’atrium, nous avons été complètement conquis par la vue du convent et par l’herbe verte qui s’étend au centre. Sachez également que cet atrium est le 2ème plus grand du monde et que vous pouvez visiter l’église et le musée, mais pas le couvent puisqu’il est encore habité !

Centre ville Izamal
  • Pour découvrir le site archéologique d’Izamal et surtout sa grande pyramide Kinich Kak Moo : notre petite déception, nous l’avons loupée (non pas par manque de temps, on avait oublié qu’elle existait, la honte !).

Bref, nous n’avons passé que 2h dans la ville, et honnêtement, on vous conseille d’y consacrer au moins une demi-journée pour approfondir les visites et pour vous imprégner de l’ambiance. N’hésitez d’ailleurs pas à vous arrêter au marché municipal pour vous restaurer sur le temps de midi, le lieu est plutôt typique !

Informations pratiques : Pour accéder à Izamal, comptez 1h30 en bus depuis Mérida ou 1h en voiture, tout est flèché donc ce n’est pas très compliqué.

Les cénotes perdues du Yucatan

Après notre petite déception aux alentours de Valladolid, nous étions vraiment désireux de découvrir des cenotes (vous savez, ces puits d’eau turquoise) dissimulés un peu partout à travers la péninsule du Yucatan beaucoup plus sauvages et retirés. On s’est donc clairement aventuré dans l’inconnu et heureusement nous n’avons pas été déçu !


Cenote Noh Mozon

Je crois que celle-ci c’est notre coup de cœur. Un vaste trou à ciel ouvert, le soleil se déverse au milieu et la lumière qui diffuse à l’intérieur du cenote est incroyable ! Un escalier de bois bancal (et c’est peu de le dire) vous mènera au fond de ce puit de 15m de profondeur et vous pourrez vous baigner au milieu de cette eau turquoise entourés de lianes et des réverbérations de la lumière. Attention toutefois : ce lieu se mérite ! Il est dissimulé au milieu de la jungle, au bout d’un chemin de terre plutôt difficile de 4 km de long. Cela reste cependant tout à fait accessible même en voiture, mais il vous faudra être prudents. Sinon, abandonnez votre véhicule au village de Pixya et louez un vélo ! Aussi improbable que cela puisse paraître, 100m avant d’arriver au cenote, vous tomberez sur un Mexicain entouré de ses cochons, qui vous demandera la modique somme de 50 pesos pour y accéder.


Cenote Kankirixche

Un peu plus accessible que le précédent, ce cenote se mérite aussi, même s’il est d’avantage connu. De nouveau, il vous faudra emprunter un chemin off road d’environ 2 km (mais en bien meilleur état que celui de Noh Mozon) et à l’arrivée vous trouverez un lieu presque professionnel. En effet, un mexicain vous accueillera et vous demandera bien sur de payer (et oui, toujours) 60 pesos par personne. En échange, il vous remettra 2 entrées plastifiées : là on s’est vraiment demandé ce qu’il se passait … Au milieu de la jungle, tu te retrouves avec ces 2 trucs et tu te demandes ce que tu vas en faire ! Mais en fait, 50m plus loin, sur le « parking » (enfin, l’étendue de terre déblayée quoi), un monsieur vous attendra et récupérera vos entrées… Sérieusement on n’a pas compris l’utilité de ce truc, les 2 hommes se voyaient l’un l’autre et il n’y a absolument aucun autre chemin au milieu de cette jungle.



Bref, à l’arrivée, le cenote est bien perdu, et aucun aménagement n’est présent si ce n’est des baños et des gilets de sauvetage disponibles pour les plus peureux. Contrairement au cenote de Noh Mozon, ici, vous ne nagerez pas vraiment à ciel ouvert : l’endroit ressemble plutôt à une petite grotte, dont une partie du plafond s’est écroulée pour laisser entrer la lumière. Franchement on est conquis ! Sachez qu’il est même possible de plonger ici, et que le fond est plutôt joli : n’oubliez pas votre masque de plongée pour en profiter.


De nombreux autres cenotes sont accessibles depuis Mérida, citons entre-autres : X’Batun, Dzonbakal, Nah Ya ou encore les 3 cénotes de Cuzamá.


Les sites Maya


Mayapan

A quelques minutes à peine de Pixya (le village à côté du cenote de Noh Mozon), vous trouverez les ruines de Mayapan. Si le site n’est pas très étendu, l’entrée à le mérite d’être bon marché (50MXN) et vous aurez l’occasion d’escalader la pyramide, ce qui est exceptionnel dans la région ! On vous conseille donc de faire le détour, le lieu n’étant vraiment pas très fréquenté, et la vue du sommet de la pyramide (18m de haut) sur la jungle alentour est vraiment sympa !

Informations pratiques : - Horaires : 8h-16h (nous sommes entrés à 15h45, mais il faut normalement compter 45 minutes de visite) - Prix : 50 MXN/personne - Accès : en bus depuis le terminal Noreste de Mérida ou en voiture (environ 45 minutes du centre-ville)
Couple devant pyramide de Mayapan

Uxmal

Bon, on va quand même vous avouer que nous avons été un petit peu désappointé en arrivant à Uxmal. En effet, nous avons fait l’impasse sur Chichen Itza vu son tarif prohibitif (580 pesos/pers, soit 24€/p) et les échos que nous en avions eu (trop touristique, alpagage par des marchands partout, beaucoup de monde, etc). Du coup, nous avions gardé une partie du budget en prévision de la visite d’Uxmal (soi-disant plus accessible que Chichen Itza au niveau des tarifs). Quelle ne fut pas notre surprise lorsqu’à notre arrivée nous avons dû payer 80 pesos pour le parking mais surtout 461 pesos/pers pour entrer (19€/p). En tant que tel, payer ne nous dérange pas mais ici tout est interdit (alors que rappelons-le : nous allons marcher dans des ruines dans la jungle …) : pas de sac à dos, pas de trépied photo, pas de go pro et interdiction de filmer (sauf moyennant finances bien entendu), une partie du parc est inaccessible depuis le covid ainsi qu’une partie des monuments qu’on ne peut plus approcher, enfin bref, beaucoup d’interdits qui avouons-le ont un peu terni notre visite.


Cela dit, le site est vraiment beau, et nous avons été pratiquement seuls sur les lieux pendant notre visite (de 8h45 à 10h15 environ). Pas non plus de vendeurs partout, seuls quelques guides vous proposeront leur service à l’entrée. Bref, objectif réussi par rapport à Chichen Itza, on est quand même contents ! En plus, la pyramide du devin (même si on ne peut pas y monter) est plus haute (35m) et le lieu étant plus préservé, vous y rencontrerez beaucoup d’animaux : urubu à tête rouge, rapaces, iguanes, … N’oubliez pas de faire claquer vos mains face à la grande pyramide afin d’entendre le son des Quetzals y résonner.

Informations pratiques : - Horaires : 8h-17h - Tarifs : 461 MXN/personne - Accès : en bus depuis Mérida depuis le terminal ADO (1h45) ou en voiture (1h20) – parking 80 MXN
Pyramide de Uxmal
Site Archéologique de Uxmal

Dzibilchaltún

On ne va pas vous mentir, nous n’avons aucune info à vous fournir sur ce lieu si ce n’est celles contenues dans le guide du Routard. En effet, nous n’avions pas spécialement envie de visiter TOUS les sites Maya du Yucatan, et les avis sur celui-ci n’étant pas particulièrement flatteurs, nous ne nous y sommes pas vraiment intéressés, mais il existe et mérite néanmoins d’être cité.


La réserve de Celestun

A 2h30 de bus de Mérida, se trouve le gros village de pêcheurs de Celestun. Ici, on y vient surtout pour découvrir la réserve naturelle qui abrite la plus grande colonie de flamants roses d’Amérique du Nord et pour admirer la faune locale.

Nous avons fait le choix de découvrir la réserve de Rio Lagartos (au nord de Valladolid), donc nous n’avons pas fait la route jusqu’ici. Sachez cependant que les échos que nous en avons eu sont très bon (et même meilleurs que ceux de Rio Lagartos).


Notre avis sur Mérida et ses alentours

Une très belle découverte ici au Mexique, avec de nombreuses choses à faire aux alentours. Nous avons fait le choix d’y passer 3 nuits et avons loué une voiture pendant 2 jours (environ 600 pesos/jour chez Alamo) afin d’être autonomes et de partir à la découverte des environs librement (et je l’avoue, d’arriver tôt sur les sites touristiques.


Si s’était à refaire, nous passerions une nuit de plus dans la ville afin de profiter encore d’avantage du centre-ville, de découvrir l’un ou l’autre cénote en plus et de s’attarder d’avantage à Izamal.


Nous vous souhaitons une bonne découverte de la ville, n'hésitez pas à nous donner votre avis ou à nous poser toutes vos questions !


Couple a Izamal

0 commentaire