• Clémence

Découvrir les îles Fidji en 3 semaines

Depuis toute petite les îles Fidji m’ont toujours intriguées mais je n’aurais jamais pensé y mettre les pieds un jour je dois bien l’avouer. En effet cet archipel de plus de 300 îles se trouvant à l’opposé de ma petite Belgique, je n’imaginais pas vraiment faire le trajet jusque-là pour des vacances. Et puis finalement, c’est durant notre tour du monde que nous avons décidé d’y faire étape puisqu’il nous fallait malgré tout traverser l’océan Pacifique pour rejoindre l’Asie depuis l’Amérique. Pourtant, il est clair que les Fidji ce n’est pas vraiment une destination que l’on imagine pour les « backpackers » mais détrompez-vous ! Il est facile de voyager aux Fidji pour des budgets restreints si vous évitez les gros resorts et que vous n’essayez pas de visiter 200 îles en 1 semaine. Il est tout à fait possible de s’en sortir pour moins de 60€/jour par personne si vous faites attention à votre budget. En tout cas, je peux vous dire que je n’ai AUCUN regret d’avoir dépensé un peu d’argent pour découvrir ce petit bout du monde. Notre voyage là-bas restera gravé à jamais dans ma tête.

Couple sur une plage de sable blanc avec écriture Bula aux Fidji

Les Fidjiens sont des gens tellement accueillant et la première chose que vous entendrez à la sortie de l’aéroport est le traditionnel « BULA ! ». Par moment, vous aurez même l’impression que cela est forcé, qu’ils ne peuvent pas vraiment être aussi souriants et accueillants. Mais en fait si, ils sont simplement comme ça. Bref, c’est un pays où nous nous sommes sentis bien dès la première minute, où nous avons vécu des expériences formidables comme nager avec des raies mantas.

On vous emmène donc découvrir les iles Fidji de manière authentique, en vous abreuvant de bons conseils, en vous partageant notre itinéraire, nos réussites (et nos ratés), et surtout, on espère qu’à la fin de cet article, vous rêverez vous aussi de visiter les Fidjis !


Arriver/quitter les iles Fidji

L’aéroport international des Fidji se trouve à Nadi sur l’île de Viti Levu. La majorité des vols arrivant aux îles Fidji viennent d’Australie, de Nouvelle-Zélande et de Los Angeles. Il y a également un vol par semaine à destination/arrivant de Singapour. De notre côté, nous sommes arrivés aux îles Fidji avec un vol Fidji airways au départ de Los Angeles (320€/p via Bravofly) et nous sommes repartis avec un vol en direction de Singapour avec Fiji Airways également.


Lorsque vous arriverez à Nadi, on ne vous cache pas que la ville en tant que tel n’a pas tellement d’intérêt. Cependant la plage de Wailoaloa est un bon point de chûte pour votre première et votre dernière nuit aux îles Fidji afin d’être proches de l’aéroport.


Se déplacer d’îles en îles aux Fidji

On ne va pas se mentir, c’est un peu le défaut de ses qualités : se déplacer entre les îles c’est incroyable mais ça prend du temps tout en coûtant quand même pas mal d’argent. On vous suggère donc de choisir 1 à 2 îles par semaine maximum pour éviter les frais de transport mais aussi pour vraiment pouvoir en profiter et ne pas passer votre temps dans les bateaux/avions.

Côte du Viti Levu vue du ciel

Selon les lieux où vous souhaitez vous rendre, cela sera cependant plus ou moins facilement accessible. Par exemple, les îles Mamanucas et Yasawas sont facilement accessibles en bateau depuis Port Denarau ou Lautoka tandis que Taveuni, Kadavu ou Vanua Leti seront plus facilement accessibles depuis Suva. On ne vous parle ici que de ces îles car les autres sont beaucoup moins accessibles et on vous suggère alors de passer par une agence pour avoir les renseignements adaptés lors de votre séjour car cela change tout le temps.


Si vous préférez prendre l’avion (on vous suggère de le faire au moins une fois car l’expérience était vraiment magique) sachez qu’il y a plusieurs compagnies aériennes, entre-autre Fiji airways et Turtle Airways. Il est même possible de le faire en hélicoptère, mais vous vous doutez bien que tout ça c’est un autre budget.


Si vous n’avez pas envie de planifier tout cela par vous-même et que vous souhaitez faire de nombreuses îles, il existe aussi des tours organisés (par exemple chez www.awesomefiji.com) qui permettent de faire le tour de plusieurs îles en un temps déterminé. Nous n’avons pas testé personnellement mais si vous êtes pressés par le temps, cela peut-être une bonne solution.


Itinéraire de 3 semaines aux Iles Fidji

Nous avions un tout petit peu moins de 3 semaines pour visiter les îles Fidji, et nous avons donc décidé de nous consacrer à la découverte de 3 îles principales : Taveuni (et Qamea juste à côté), Viti Levu (que nous avons finalement peu visité, décidant de plutôt y faire des jours off) et l’archipel des Yasawa (sur l’île de Draqawa).


1 semaine de Taveuni à Qamea :

Après 1 jour de récupération à Nadi, nous avons pris le bus et le bateau pour rejoindre l’île jardin de Taveuni. L’île de Taveuni est réputée pour sa nature luxuriante, ses cascades magnifiques et surtout pour ses fonds marins. C’est d’ailleurs considéré comme l’un des 10 plus beaux sites de plongée au monde.


Sachez que depuis Nadi, le trajet pour rejoindre Taveuni en bateau est vraiment long (presque 24h) : 3h de bus jusque Ellington, puis 3h de bateau jusque Nabouwalu, suivi de 2h de bus jusque SavuSavu où vous attendrez (pendant la nuit) le prochain bus qui vous emmènera à l’embarcadère en 2h avant d’enfin prendre un bateau pour Taveuni (30 minutes). Cela nous a coûté 80 FJD/p (soit environ 35€). Le trajet depuis Suva est un peu plus simple et il y a un bateau direct (qui fait un stop à Savusavu) 2 fois par semaines, cependant le trajet dure aussi entre 12 et 20h et coûte 67 FJD/p.


Sinon, l’avion c’est bien aussi (mais moins écolo on vous l’accorde) : pour ne pas perdre à nouveau une journée complète, nous l’avons pris au retour et on vous avoue que les Fidji vues du ciel valent VRAIMENT la peine ! Si vous vous y prenez à l’avance, vous pourrez peut-être trouver un vol pour une soixante d’euros. Sinon, en dernière minute comme nous, c’était 100€/p.


Que faire à Taveuni ?

  • Vivre au rythme des locaux : Arrivés à Taveuni, nous avons d’abord passé 2 jours dans un homestay, vivant au rythme de la famille, jouant avec les enfants, buvant du kava (cette boisson locale à base de racine qui, avouons-le, goûte la boue) regardant les requins passer le long de de la plage et découvrant les environs du village de Somosomo où nous étions hébergés.

  • La Date line et les Waterslides de Waitiki : Durant notre séjour à Somosomo, nous avons également été découvrir la fameuse Date line (le 180ème méridien, celui qui détermine le changement de jour). On vous avoue que nous n’avons pas vraiment été impressionnés par le lieu, mais c’était amusant de s’y rendre. Sachez cependant que cela peut fortement faire bugger vos téléphones et vos applications GPS… Nous avons eu du mal à trouver les fameux toboggans naturels (ou waterslides) de Waitiki qui se trouvent à proximité de la date line car nos téléphones refusaient complètement de fonctionner. Heureusement, on a fini par croiser du monde et ils nous ont gentillement orienté vers les waterslides. C’est une chouette endroit où aller passer une heure ou deux, mais on vous conseille d’y aller avec quelqu’un qui connait le lieu sinon vous serez peut-être comme nous : apeurés. On n’a pas osé glisser car on ne savait pas où c’était sécuritaire ou non et nous étions complètement seuls au milieu de cette jungle … Du coup, on s’est contenté de se baigner dans les bassins. Pour rejoindre Date line en taxi depuis Somosomo, nous avons payé 7 FJD.

  • Plonger : Le 3ème jour, nous avons décidé de plonger sur le Rainbow reef, connu comme l’un des 10 plus beaux récifs du monde et on doit vous dire qu’on a été assez impressionné par les beautés des coraux et la diversité qu’on a pu y admirer. Si vous avez de la chance, vous pourrez même aller plonger jusqu’au White wall, mais son accès dépend des marées, et nous n’étions bien sûr pas au bon moment. Nous avons plongé avec le centre Ocean Sports Taveuni : leur matériel était de super qualité, nous avons été bien encadrés (2 dive masters pour 3 plongeurs certifiés open water Padi) et July la propriétaire est vraiment adorable ! Le prix est dégressif en fonction du nombre de plongées que vous souhaitez faire. Nous n’en avons fait que 2 et avons payé 270 FJD pour 2 tanks + lunch.

Selfie de plongeurs
  • Visiter le Bouma National Park : Sachez qu’une grande partie de l’île de Taveuni a été classée parc naturel et il y a donc de jolies randonnées à faire. La plus connue est la Lavena coastal walk. Elle serpente d’abord le long de la côte et de plage de sable noir volcanique, puis s’enfonce dans la jungle pour finir face à de magnifiques cascades (enfin à ce qu’on dit…). Après notre séjour dans la famille à Somosomo, nous avons été passé 2 nuits à Matei, dans le nord de Taveuni. Nous souhaitions profiter de ces 2 journées pour randonner un peu et dévourir les cascades cependant il n’a fait que pleuvoir pendant 2 jours, on a donc abandonné l’idée. Sachez cependant que pour vous y rendre, il vous faudra prendre le bus (il part de Somosomo tous les matins à 10h, donc passe au Salt Dive shop de Matei vers 10h30) et rejoint Lavena en 1h30. Vous pouvez aussi choisir de prendre une excursion depuis votre hôtel ou de payer un taxi à la journée. Pour accéder à la randonnée, vous devrez payer 30 FJD/p et certains nous ont même dit qu’il fallait vraiment avoir un guide pour y aller sinon vous risquer de ne pas trouver votre chemin. Renseignez-vous donc bien à l’avance. Si vous ne souhaitez pas payer l’entrée, vous pouvez également vous rendre aux chutes d’eau de Tavoro près de Bouma qui sont apparemment très impressionnantes. Pour vous y rendre, il suffit de prendre le même bus que celui de Lavena (en même temps, il n'y a qu’une route principale qui fait le tour de l’île …)

  • Monter au lac Tagimaucia : une autre randonnée très connue et aussi assez ardue est celle permettant de gravir les pentes du volcan Taveuni afin d’atteindre le lac Tagimaucia qui s’est formé au sein du cratère volcanique. Pour celle-ci, impossible d’y aller par vous-même car il n’y a pas de sentiers dessinés, il vous faudra prendre un guide. La montée peut prendre jusqu’à 5h selon la météo. Au vu de la mauvaise météo lors de nos 2 jours normalement consacrés aux randonnées sur Taveuni, nous avons donc décidé de faire l’impasse …

  • S’aventurer dans une famille sur l’île de Qamea : Qamea est une petite île juste au large de Taveuni qui s’atteint en 30 minutes de bateau. Ici, pas de routes, pas de vélos, pas de motos, rien. Qamea est une île complètement isolée : pas de route, pas de supermarché ou de marché tout court. Les locaux vivent de leur pêche et de leurs plantations de fruits et légumes. Nous y avons passé 2 nuits dans la famille d’Angela (dont nous avions eu le contact par d’autres voyageurs, je peux vous le donner si vous le souhaitez). C’était intense de vivre avec eux pendant ces 3 jours : nous avons accompagné Eliah le fils ainé dans sa plantation, nous avons joué au volleyball avec les autres ados du village, nous avons fait de la pâtisserie, et nous avons même fait une excursion d’une journée en bateau autour de l’île. Ils ont profité de notre venue et de l’essence que nous avions achetée et amenée sur l’île, pour faire le tour de l’île en bateau avec toute la famille. Nous nous sommes même arrêtés sur des plages paradisiaques pour nous baigner et pour partager un Lovo, le plat traditionnel fidjien (du poulet, des feuilles de Toro cuites avec du lait de coco et du toro cuits dans un four en terre). Bref nous avons vécu au rythme du soleil pendant 3 jours et avons découvert leur manière de vivre. Leur confort est rudimentaire certes, mais ils ont l’électricité (le gouvernement a investi pour que chaque maison ait son panneau solaire), et des sanitaires simples. Les smartphones et la 4G sont également arrivés jusque-là, même si le signal est assez fluctuant !


5 jours dans les îles Yasawas

L’archipel des Yasawas s’étend au nord-ouest de Viti Levu, l’île principale. Elles abritent quelques villages où, tout comme à Taveuni, vous pouvez également trouver des homestays, mais la renommée des îles Yasawa tient plutôt à ses plages paradisiaques, à ses récifs coraliens et à ses luxueux resort. C’est ici le côté plus touristique des îles Fidji, les Fidji des cartes postales.


Comme expliqué un peu plus haut, des nombreux organismes proposent du island hoping (tour des îles), vous permettant de découvrir de nombreuses îles de l’archipel en seulement 3 ou 4 nuits : vous changez donc d’île tous les jours, ou presque et tous les transferts sont pris en charge (c’est facile car il n’y a en réalité qu’une seule compagnie de bateau quotidienne : SunCruise qui est gérée par Awesome Fidji justement). Le gros point négatif, c’est qu’il n’est vraiment pas bon marché (pour ne pas dire qu’il est hors de prix…).


De notre côté, on n’était pas tellement tenté par ces visites éclairs de chaque resort, on a donc préféré prendre 4 nuits sur une seule des îles, et là le dilemme s’est posé : quelle île choisir et quel hôtel ne nous coûterait pas un bras ? Il faut savoir que dans tous ces hôtels, le forfait nourriture est obligatoirement imposé car il n’y a souvent même pas de village sur l’île, donc vous êtes obligé de manger à l’hôtel, et on peut vous dire que les forfaits ne sont pas particulièrement bon marché.


Le Barefoot Manta

Après de multiples réflexions, nous avons porté notre choix sur le Barefoot Manta, sur l’île de Draqawa. Ce n’était pas le moins cher (entre-autre à cause du forfait nourriture à 119 FJD/j/p donc environ 55€ par jour et par personne mais surtout à cause du coût du transport assez élevé : 360 FJD/p l’aller/retour depuis Nadi) maisous en avions eu des échos très positifs. En plus, c'est surtout l’hôtel le plus proche du canal abritant les fameux dragons des mers : les raies Manta et ils ont un centre de recherche et de conservation sous-marine. Leur proximité avec le canal leur permet donc d’être les premiers sur place lorsque les raies apparaissent et d’admirer les animaux avant que les bateaux des autres hôtels n’arrivent.

Femme en maillot de bain sur une plage de sable blanc aux Fidji

Nous avons donc posé nos valises là-bas pour 5 jours dans un dortoir assez luxueux (56FJD/p/nuit). A peine arrivés, les tambours résonnaient déjà pour annoncer que les raies Manta avaient été aperçues dans le canal ! Ni une ni deux, on enfile nos maillots de bains, nos palmes et nos tubas et on embarque sur le bateau pour aller nager avec ces animaux majestueux. Pas de chance cependant, le temps que nous arrivions, les raies s’en était allées… On ne perd cependant pas espoir, elles sont normalement là tous les jours, nous avons donc encore 4 jours pour les apercevoir. Sans surprise, les tambours résonneront tous les jours pendant notre séjour au Barefoot manta, et même parfois 2x/jour. Nous avons donc eu plus que notre compte d’admiration des raies mantas, ce fut une très belle expérience.

Raie Manta vue du ciel

En dehors des raies Manta, le récif entourant l’île était incroyable pour le snorkeling ! Honnêtement, pas vraiment besoin d’aller plonger selon moi, car rien qu’en restant à la surface on peut déjà apercevoir énormément d’animaux marins dont des requins de récif (enfin heureusement, je ne me suis pas retrouvée face à eux car seule en snorkeling je ne sais pas trop comment j’aurais réagi ahah). Nos amis rencontrés à Barefoot Manta ont tous été plonger également et était vraiment ravis de leur plongée (certains ont même eu la chance d’apercevoir un requin léopard).



Notre avis sur le barefoot Manta

Si le prix des dortoirs est vraiment correct au vu de la qualité du lieu, nous avons toutefois été un peu déçus de la nourriture (le poisson et la viande étaient systématiquement trop cuit et le repas de midi végétarien était pratiquement le même chaque jour). Cependant, au vu des échos que nous avons eu, la nourriture n’est pas spécialement meilleure dans les autres resort (pour ne pas dire pire) alors on dira simplement que le rapport qualité/prix aux Fidji n’est pas particulièrement incroyable. Nous trouvons aussi que 65FJD/p pour l’excursion raies Manta est assez chère alors que le canal est accessible à la nage (mais bien sûr, c’est interdit de nager jusque-là). La manière d'organiser les excursions pour les raies manta est aussi à revoir selon nous. A part ces points noirs liés globalement aux prix des prestations, nous gardons un souvenir génial de ce séjour : le personnel est adorablement gentil, nous avons rencontré de très chouettes personnes et vécus une expérience inoubliable avec les raies mantas.


Photo de drone de l'ile de Draqawa aux Fidji

Découvrir Viti Levu, l’île principale des Fidjis

A notre arrivée aux Fidjis, on nous avait globalement dit que l’île principale ne valait pas trop la peine. C’est vrai et faux. Sachez qu’il y a quelques petites choses à faire sur l’île dont, entre-autres, la coral coast au sud-est.

De notre côté, nous n’avons passé que 2 jours « pleins » sur l’île principale (les autres journées étant toujours des journées de transits/transports) et nous les avons plutôt consacré au repos, aux préparatifs des futures expéditions et à la rédaction de cet article de blog. Par conséquent, nous n’avons pas vraiment consacré beaucoup de temps à Viti Levu. Mais, comme j’avais cependant fait quelques recherches de ce qu’il y avait à y faire lors de notre arrivée, je vous partage quand même quelques petits trucs.


Profiter de l’ambiance de Wailoaloa beach

Pour votre jour d’arrivée et la veille de votre départ, on vous suggère de séjourner à Wailoaloa beach. Ici vous trouverez des hostels de backpackers (entre 8 et 20€ le lit en dortoir selon les périodes) et une super ambiance au Beachclub de Wailoaloa toute la journée. La plage n’est pas la plus jolie car c’est du sable noir, mais on a aimé cette première incursion dans la vie fidjienne.


On vous conseille de séjourner au BlueWaterLodge, un hostel un petit peu en retrait de la plage dont la gérante Aggie est particulièrement attentionnée. Elle s’occupera de tout pour vous (sans prendre de commission et en vous trouvant les plans les moins chers) et pourra vous conseiller en cas de besoin. Nous avons payé 30€ pour une nuit en chambre double et 17€ à 2 pour la nuit en dortoir.


Sachez également que le bus local passe toutes les heures pour rejoindre la gare des bus de Nadi. Il coûte 1,5 FJD/p/trajet.


Plage de Wailoaloa beach au coucher du soleil

Se balader à Nadi

Si Nadi n’a en tant que tel pas grand-chose à offrir, on vous suggère tout de même de vous y aventurer une heure ou deux pour goûter l’ambiance et découvrir le marché de la ville. Faites cependant attention : ne réservez surtout aucune excursion dans les agences de tourisme de la ville (vous serez alpagués par des gens dans la rue, vous pouvez les écouter et prendre leurs conseils mais ne leur donnez surtout pas d’argent pour réserver quoique ce soit car la majorité du temps se sont des arnaques). Si vous souhaitez réserver des excursions ou des transports, réservez directement en ligne ou passez par votre hôtel.


Visiter le village authentique de Navala

Un des villages encore préservé et authentique, il semblerait que la visite de Navala vaut vraiment la peine. Cérémonie du Kava avec le chef du village, visite des maisons typiques fidjiennes (appelées bures) et rencontrer avec les locaux sont au programme de cette journée. Si vous êtes intéressés, nous avions repéré l’agence Fiji Eco pour effectuer cette visite, même si nous n’avons finalement pas eu le temps de l’ajouter à notre programme déjà bien chargé.


Découvrir la Coral Coast et plonger à Pacific Harbor

Queen’s road relie Nadi à Suva par la route Sud de Viti Levu et c’est le long de cette route que l’on trouve la fameuse Coral Coast (un lagon aux eaux translucides).


Sur le chemin, vous découvrirez la ville de Sigatoka et sa rivière, les sand dunes (une énorme dune de sable qui s’étend sur plusieurs kilomètres) mais aussi Pacific Harbor. Si vous êtes amateurs de sensations fortes, Pacific Harbor est fait pour vous ! C’est LE lieu où plonger avec des requins marteaux.


Si l’expérience nous tentait, nous avons vite reculé devant cette idée quand nous nous sommes aperçus qu’en réalité ils pratiquaient le shark feeding pour attirer les requins à cet endroit, bref on n’aimait pas trop cette idée.

Cependant, tous les échos que nous avons eu de Pacific Harbor des autres voyageurs étaient super positifs concernant cette expérience donc, on vous en parle quand même !

Coral Coast vue de ciel aux îles Fidji

Notre avis sur les Iles Fidji

On reconnait qu’on n’avait jamais regardé beaucoup de photos et qu’on ne s’était pratiquement pas renseigné sur le pays avant d’arriver, on ne risquait donc pas d’être déçus, et vous savez quoi ? On ne l’a pas été !


On a vraiment eu un coup de cœur pour la bonne humeur, la gentillesse et l’accueil des fidjiens. Ils étaient toujours heureux de nous rencontrer, de nous parler et de nous conseiller des endroits et des amis à eux dans chaque ville où nous passions.


Les paysages sont quant à eux vraiment exceptionnels : les plages sont paradisiaques avec des eaux limpides, les forêts denses et remplies de cocotiers. La faune et la flore terrestre et sous-marine valent vraiment le détour également et si vous aimez l’ornithologie, le nombre d’espèces d’oiseaux est impressionnant.


On vous fera cependant l’aveu que ce ne sont pas les plus belles plages que nous ayons vues dans notre vie (mais elles sont tout de même magnifiques !). Par contre ce sont bien les plus beaux fonds marins selon nous, et la culture est très riche et très intéressante : ça vaut vraiment la peine d’aller découvrir ce pays !


Epingle ces photos sur pinterest pour retrouver cet article plus tard !

En cliquant sur ces photos, tu peux les épingler directement sur ton pinterest pour les retrouver plus tard !

0 commentaire